Ichijōdani: l’habitat des guerriers au Moyen Âge

Murs entourant les résidences de guerriers

Murs de terre et de pierre entourant les résidences de guerriers

Le site archéologique Ichijōdani一乗谷, situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Fukui, contient les vestiges d’une ville-sous-le-château de la période médiévale. Les fouilles et les études réalisées sur ce terrain ont permis de mettre au jour le tissu urbain de l’ancienne communauté ainsi que la composition spatiale des résidences du chef du clan dirigeant la ville, des guerriers vassaux et des artisans. La reconstitution d’une partie de la ville  permet également aux visiteurs de se figurer l’atmosphère des villes médiévales japonaises.


  • Contexte historique

La ville de Ichijōdani est construite dans la deuxième moitié du XVe siècle, en pleine période médiévale où les conflits sont fréquents et violents. Cette période appelée Sengoku jidai ou « période des royaumes combattants » voit l’émergence de seigneurs de guerre locaux (daimyō), qui dirigent les provinces japonaise depuis leur siège devenue capitale. L’un d’eux, Asakura Takakage, premier chef du clan Asakura de la province de Echizen (actuelle préfecture de Fukui), s’installe dans la ville de Ichijōdani en 1471. Ichijōdani 一乗谷 est une vallée étroite (le nom signifie littéralement la vallée de Ichijō), située entre deux massifs montagneux et traversée par une rivière. Un château fort est construit sur la crête des montagnes au sud-est de la ville, tandis que le daimyō et ses vassaux résident dans la vallée au pied des montagnes, qu’ils utilisent comme ceinture défensive. Ce maniement habile de la topographie, courant dans la construction des villes médiévales, fait de Ichijōdani un endroit quasi imprenable et facilement défendable. Par ailleurs, la présence d’axes de communications majeurs (fluviaux et routiers), permettent à la ville capitale de se développer et de communiquer avec le reste de la province. Sous le règne des Asakura, Ichijōdani reste pendant une centaine d’années la capitale de la province Echizen, avant de tomber sous l’armée de Oda Nobunaga en 1573, qui la brûlera entièrement. La ville ne sera jamais reconstruite, et le nouveau daimyō, Shibata Katsuie, installera son siège à Fukui, qui reste à ce jour la capitale de la préfecture de Fukui.

  • L’organisation urbaine de la ville

Plan de Ichijōdani

Plan de Ichijōdani

En plus de bénéficier d’une ligne défensive naturelle, la ville est fermée par deux portes, au nord (shimo kido 下城戸) et au sud (kami kido 上城戸) de la vallée. Profitant là encore de la topographie du terrain, les portes renforcées de murs de terres ont été érigées aux endroits les plus étroits de la vallée, permettant une défense plus rapide et plus efficace. La ville s’est néanmoins développée également au-delà des portes, créant ainsi la ville de l’intérieur (kido no uchi 城戸の内), et la ville de l’extérieur (kido no soto 城戸の外). Bien qu’ayant les caractéristiques des villes-sous-le-château médiévales (château installé au sommet des montagnes, ville construite dans la vallée), Ichijōdani présente également des caractéristiques des jōka machi prémodernes. La zone urbaine fouillée nous révèle en effet que le tissu urbain est organisé et hiérarchisé selon le rang social et la fonction (guerriers, temples, marchands et artisans) à la manière des villes de l’époque d’Edo, respectant ainsi la séparation des classes selon la philosophie néo-confucéenne adoptée par les Tokugawa. Le palais des Asakura est quant à lui situé au pied de la montagne où est construit le château, sur le côté oriental de la rivière. Il est entouré directement par les résidences des proches et des membres de la famille, puis par les résidences des vassaux guerriers, dont les parcelles sont sensiblement plus grandes que celles des marchands et artisans.

  • L’habitat des guerriers: le palais de Asakura Yoshikage

Les sources historiques nous ont révélé que cette résidence a appartenu au onzième et dernier daimyō  AsakuraLa parcelle est de forme carrée et fortifiée par des murs de terre et des douves qui l’entourent sur trois côtés (nord, ouest et sud), le quatrième étant protégé par le flanc de la montagne. Deux tours de guet sont construites sur les angles nord-ouest et sud-ouest (sumi yagura 隅櫓). Des passerelles franchissant les douves permettent d’accéder à la parcelle, fermée par trois portes, dont la principale (reimon 礼門) se trouve sur le côté ouest. À l’intérieur de la parcelle, on dénombre une dizaine de bâtiments aux fonctions différentes, qui peuvent être regroupés en zones. D’après les travaux d’Ono Masatoshi et la reconstitution du plan du palais, on comprend que celui-ci est composé de deux parties : une zone réservée à l’usage quotidien (zone C) et une zone réservée aux réceptions (zone A-B). Cette dernière est elle-même divisée en deux sous-zones : celle réservée aux cérémonies officielles (zone A) et celle réservée aux activités artistiques (zone B).

Plan du palais Asakura

Plan du palais Asakura

Zone A : Lorsque l’on franchit la porte principale nous nous trouvons dans une cour extérieure bordée sur son côté gauche par un mur de terre et donnant sur un premier bâtiment officiel appelé le tōsaburai 遠侍, où les samouraïs sont reçus et où ils occupent leur poste de garde du palais. Derrière se trouve le shuden 主殿, où se déroulent les cérémonies officielles liées à l’étiquette de la classe des guerriers. Sur la droite se trouvent un musha-damari 武者溜り, endroit où se réunissent les forces armées, et un entrepôt (kura 蔵). Le long du côté ouest de la parcelle, nous pouvons voir un champ de tir (shajō 射場) ainsi qu’une cible (amutsuchi 射垜) pour la pratique du tir à l’arc.

Zone B : Au fond de la parcelle se trouvent une série d’édifices et espaces destinés à la pratique des arts (rencontres de thé, arrangement floral, poésie…) que l’on peut désigner par le nom de kaisho 会所. Le bâtiment principal de cet ensemble s’appelle le tsune-goten 常御殿, et d’après l’étude d’Ono, la partie sud appartient à la zone B (pratique des arts) tandis que la partie nord appartient à la zone C (vie quotidienne). Face à l’engawa (véranda) du tsune goten se trouve une cour intérieure (nakaniwa 中庭) avec un parterre de fleurs (kadan 花壇). Il est également probable qu’une scène de théâtre nō ait été construite au milieu de cette cour. Enfin, nous pouvons voir un petit pavillon de thé (sukiya 数奇屋) ainsi qu’un pavillon (izumidono 泉殿) sous lequel coule un ruisseau provenant de l’étang du jardin de la résidence.

Zone C : La partie réservée aux activités quotidiennes occupe toute la façade nord de la parcelle. On y trouve la deuxième moitié du bâtiment appelé tsune goten, où se trouvent les pièces de la vie quotidienne (chambre à coucher, pièce où l’on prend les repas…).  Derrière se trouve également un petit bâtiment-autel (jibutsudō 持仏堂), où sont conservées les statues de bouddha et où les ancêtres sont vénérés. Puis au fond de la parcelle se trouve la salle de bain (yudono 湯殿), un entrepôt et une pièce de tatami séparée. Enfin, la façade nord est occupée par les cuisines, écuries et un deuxième musha-damari.

En conclusion, la composition spatiale de la résidence de ce seigneur de guerre montre un grand intérêt pour la pratique des arts et le respect de l’étiquette, à l’instar des familles de guerriers de Heian. Néanmoins, la taille réduite du jardin ainsi que la surface importante consacrée aux écuries, espaces de rassemblement, et entraînement du tir à l’arc, montrent que les activités belliqueuses ont une influence sur l’espace architectural et urbain des provinces japonaises médiévales.

  • L’habitat des guerriers: la résidence d’un vassal

Les archéologues japonais ont également mis au jour des zones urbaines composées de résidences de guerriers, vassaux du clan Asakura. Cette découverte importante a permis de comprendre la structure de l’habitat des vassaux au moyen-âge, dont il ne reste que très peu de vestiges aujourd’hui.

Plan de la résidence d'un vassal

Plan de la résidence d’un vassal

Une des plus petites de ces maisons a fait l’objet d’une reconstruction que l’on peut visiter aujourd’hui (notamment grâce à l’étude de sources iconographiques historiques, et . La parcelle de forme carrée fait environ trente mètres de côté et est entourée d’un mur de terre percé d’une porte en bois. À l’intérieur on dénombre trois bâtiments : un hangar (naya 納屋, où vivaient certainement les domestiques), un entrepôt (kura 蔵) et la maison (shuden 主殿). Celle-ci fait environ 83 m² et on peut lire une organisation spatiale en deux parties : la partie nord, dont le sol est de terre puis de plancher, est occupée par la cuisine et une pièce de rangement (nando 納戸) ; la partie sud est entièrement couverte de tatamis et les trois pièces sont utilisées pour la réception des invités et la vie quotidienne. Il y a également une pièce détachée (hanare zashiki 離座敷) à l’extrémité est, où sont posés des ustensiles pour la cérémonie du thé, ainsi qu’un petit jardin. Par ailleurs, dans le coin sud-ouest de la parcelle, on peut voir une cour extérieure fermée par un mur et accessible par une porte. Celle-ci permet d’entrer dans la maison en accédant directement à la zone recouverte de tatamis, ce qui laisse penser que cet espace devait être utilisé essentiellement par les invités. On retrouve ainsi dans cette résidence modeste, à l’instar du palais résidentiel du daimyō Asakura, une dichotomie physique entre les espaces de vie quotidienne et les espaces de réception.

En conclusion, l’habitat des guerriers découvert à Ichijōdani incarne le style intermédiaire entre le style architectural des nobles à l’antiquité (shinden zukuri) et le style architectural des guerriers à l’époque pré-moderne (shoin zukuri). Si certains historiens appellent ce style le buke zukuri (littéralement le style des guerriers), d’autres au contraire réfutent son existence et parlent plutôt d’une période de transition. Par ailleurs, les poteries, bijoux, ustensiles et autres outils excavés témoignent de la richesse et du raffinement de la culture urbaine médiévale dans les provinces nippones.

  • La reconstruction d’une partie du site

Le quartier situé en face du palais, sur l’autre rive de la rivière, a fait l’objet d’une reconstruction partielle. Une maison de guerrier (décrite plus haut), des maisons d’artisans ainsi que les murs de terre entourant les résidences des guerriers ont été reconstruits et restaurent l’atmosphère des villes-sous-le-château médiévales. Au Japon, la reconstruction de bâtiments historiques entièrement disparus qui est pratiquée et parfois vivement critiquée (voir l’article sur le jardin Gyokusen.in maru de Kanazawa), nous amène à nous interroger sur la valeur et le rôle du patrimoine.

Zone du site concernée par la reconstruction

Zone du site concernée par la reconstruction

La vocation de la reconstitution du site de Ichijōdani n’est pas de présenter au public un espace patrimonial exceptionnel reconstruit à l’identique (notons en effet que ce n’est pas le palais des Asakura qui a été l’objet de la reconstruction). Au contraire, la zone concernée comprend des bâtiments de taille et de qualités architecturales modestes, loin de la monumentalité du palais Daigokuden reconstruit près de Nara (travaux achevés en 2010). Ichijōdani est, selon moi, avant tout un lieu à vocation pédagogique, un musée à échelle urbaine. La reconstruction fonctionne de pair avec des musées présentant des expositions sur l’histoire de la ville et les fouilles archéologiques ainsi que des maquettes de bâtiments et de quartiers entiers, et ne peut donc être appréhendée comme simple objet architectural. Par ailleurs, elle a été exécutée avec les techniques et le type d’outils de l’époque retrouvés sur place, matérialisant ainsi un témoignage unique dans l’histoire archéologique et architecturale médiévale nippone. L’intérêt est donc de présenter un petit morceau de ville servant de laboratoire technique et historique. Il permet en effet de diffuser auprès du grand public la culture urbaine et architecturale qui dominait le Japon au Moyen Âge, et de compléter les connaissances sur les techniques constructives de l’époque. Par ailleurs, elle permet au public de se figurer plus aisément l’échelle de cette ville disparue et de son architecture, dont les proportions sont difficilement percevables avec les fouilles archéologiques seules. Les scènes de vie représentées dans les bâtiments permettent de comprendre les activités des artisans et des guerriers ainsi que leur mode de vie. Elle met la lumière sur la vie urbaine du peuple de la période médiévale, encore méconnue, éloignée de la vie des palais seigneuriaux dont les vestiges sont plus nombreux sur le territoire japonais. Ainsi, cette reconstitution participe fortement, selon moi, à la diffusion et la valorisation du site de Ichijōdani qui sont des enjeux fondamentaux des études archéologiques et patrimoniales.


Pour plus d’informations sur la composition de la ville, je vous invite à consulter l’article en français consacré à Ichijōdani dans le numéro 30 (septembre-octobre 2013) de la revue Archéothéma, et écrit par l’archéologue japonais spécialiste de ce site : Ono Masatoshi.

Pour une approche plus exhaustive, je vous renvoie à son étude originale écrite en japonais:

Ono Masatoshi小野正敏 『戦国城下町の考古学ー一乗谷からのメッセージ』(Sengoku jōkamachi no kōkogaku, Ichijōdani kara no messeji) L’archéologie des villes-sous-le-château de l’époque Sengoku, le message de Ichijōdani, Tōkyō, Kōdansha, 1997, 242 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *