Le patrimoine des guerriers du fief Ashimori à Okayama

Maison d'un membre de la famille Kinoshita

Maison d’un membre de la famille Kinoshita

Le quartier d’Ashimori dans la ville d’Okayama (où se trouve le fameux jardin de daimyō de l’époque d’Edo Kōrakuen) contient des vestiges architecturaux de l’époque d’Edo méconnus du grand public. Classé au niveau préfectoral et municipal, ce patrimoine est un témoignage rare sur l’habitat des guerriers prémodernes dans un campement militaire provincial.


  • Histoire de la ville

Ashimori 足守 est le nom d’une ville et d’un fief de l’époque d’Edo, situé dans l’ancienne province japonaise de Bitchū 備中. La ville est un campement militaire, jin.ya machi 陣屋町 en japonais, et est principalement composée de résidences de guerriers, sans château. Elle a été fondée par la famille Kinoshita 木下氏 en 1601, après la bataille de Sekigahara. Avant cela la famille, qui était connue sous le nom de Sugihara 杉原, dirigeait le château de Himeji. La sœur cadette du seigneur Sugihara Iesada (1543-1608) 杉原家定, appelée Nene 寧々 (1546-1624), a épousé le célèbre Toyotomi Hideyoshi 豊臣秀吉 (1536-1598), aussi connu sous le nom de Kinoshita Tōkichirō 木下藤吉郎. C’est donc après être entré dans la famille de Hideyoshi que le clan Sugihara a pris le nom prestigieux de Kinoshita. Après la bataille de Sekigahara, durant laquelle les partisans du clan Hideyoshi ont essuyé une terrible défaite face à la famille Tokugawa, la famille Kinoshita conserva son salaire de 25 000 koku mais reçut une nouvelle terre plus modeste, le fief d’Ashimori dans la province de Bitchū, dépourvu de château. Durant 13 générations, les Kinoshita ont gouverné Ashimori, et ce jusqu’à la restauration de Meiji. Aujourd’hui, Ashimori est un quartier situé à l’ouest de la ville d’Okayama, et contient plusieurs vestiges architecturaux de cette époque. Parmi eux se trouvent le jardin Omizuen, la maison de Kinoshita Toshiharu, un nagayamon et la maison d’un vassal du clan Ashimori.

Plan schématique de la ville d'Ashimori réalisé à partir d'un plan de l'ère Enpō (1673-1681)

Plan schématique de la ville d’Ashimori réalisé à partir d’un plan de l’ère Enpō (1673-1681)

  • Jardin Omizuen 近水園 (classé endroit très pittoresque par la préfecture d’Okayama, 岡山県指定名勝)
Peinture du jardin Omizuen 近水園古図, au 17ème siècle

Peinture du jardin Omizuen 近水園古図, au 17ème siècle

Le jardin Omizuen, « Jardin de l’eau proche » en japonais, appartient aux seigneurs Kinoshita, et tire son nom de sa situation sur la rive droite de la rivière Ashimori. Construit à l’époque d’Edo, c’est un jardin de style chisen kaiyū shiki 池泉回遊式, organisé autour d’un étang et qui présente les caractéristiques du style de Kobori Enshū, célèbre paysagiste dont le style est très en vogue à cette époque. Deux îles sont installées au centre de l’étang, dont l’une présente une forme de grue et l’autre de tortue, deux animaux qui symbolisent la longévité. Face au point d’eau se trouve un bâtiment appelé Ginpūkaku 吟風閣, « Villa du vent chantant », qui appartient au 6ème seigneur d’Ashimori, Kinoshita Kinsada 木下公定 (1653-1731). Il a été construit avec les matériaux restants de la construction du palais impérial à Kyōto en 1708, dont les travaux furent exécutés par Kinsada sur ordre du bakufu. C’est une maison de repos, simple et élégante, de style sukiya zukuri 数寄屋造り avec une toiture de chaume.

Vue sur l'étang du jardin, avec le Ginpūkaku en arrière-plan

Vue sur l’étang du jardin, avec le Ginpūkaku en arrière-plan

Façade du Ginpūkaku

Façade du Ginpūkaku

  • Maison de naissance de Kinoshita Toshiharu 木下利玄生家 (classé monument historique par la préfecture d’Okayama 岡山県指定史跡)

Construite vraisemblablement à la fin de l’époque d’Edo en 1852, cette maison est celle de Kinoshita Toshiharu (1886-1925), le 14ème seigneur d’Ashimori. Elle est située au cœur du campement, et était utilisée comme lieu politique du clan et lieu de vie des dirigeants. C’est une maison de plain-pied, d’une surface de 100 tsubo (330,6 m²), avec une toiture à quatre pents, recouverte de tuiles. La maison actuelle a un aspect extérieur très simple, avec des murs de terre, conférant à l’ensemble un caractère rustique. Le nagayamon qui se trouve devant la maison a en fait été déplacé vers la fin de l’ère Meiji, à partir d’une autre maison, et abritait de nombreux documents historiques. Ce nagayamon est très différent de ceux construits habituellement devant les résidences des guerriers. Avec ses murs de terre et ses petites fenêtres de forme carrée, son vocabulaire architectural très sobre et austère rappelle celui des maisons fortes européennes.

Vue extérieure de la maison de Kinoshita Toshiharu

Vue extérieure de la maison de Kinoshita Toshiharu

Nagayamon de la maison de Kinoshita Toshiharu

Nagayamon de la maison de Kinoshita Toshiharu

  • Ancienne porte (omote mon) de la résidence de la famille Kinoshita Gonnosuke 旧木下権之助屋敷表門 (classé patrimoine important par la ville d’Okayama 岡山市指定重要文化財)

Cette porte a été construite en 1846 pour la résidence de la famille Kinoshita Gonnosuke, branche de la famille Kinoshita par Gonnosuke Riko, fils adoptif du 3ème seigneur Kinoshita Toshifusa. Elle a été déplacée en 1941 à l’endroit actuel, en limite de parcelle d’une école primaire. Elle ne sert plus de porte et son ouverture a été entièrement bouchée.

Nagayamon de Kinoshita Gonnosuke

Nagayamon de Kinoshita Gonnosuke

  • Maison d’un samouraï du clan Ashimori 旧足守藩侍屋敷遺構 (classé patrimoine important par la préfecture d’Okayama 岡山県指定重要文化財- 建造物)
Plan de la maison d'un samouraï du clan Ashimori

Plan de la maison d’un samouraï du clan Ashimori

Vue de la maison depuis la rue

Vue de la maison depuis la rue

Cette maison construite au milieu de l’époque d’Edo appartenait à un haut vassal du clan, membre de la famille Kinoshita. Elle est typique de l’habitat des guerriers karō 家老, et représente un témoignage unique pour la préfecture d’Okayama. Elle est située sur un axe important de l’ancienne ville, qui part d’une extrémité du quartier où vivent les guerriers, jusqu’à la résidence principale du seigneur. La parcelle est entourée d’un mur de terre recouvert de plâtre blanc (qui le rend ignifuge) ainsi que de tuiles appelées en japonais namako-gawara 海鼠瓦 (« tuile concombre de mer ») en partie basse. Ce mur est percé par trois entrées: le nagayamon 長屋門, utilisé pour les invités, une petite porte de bois utilisée par le maître de la résidence et une porte réservée à l’usage de la famille. Lorsque l’on entre par le nagayamon, on se trouve face à un genkan玄関, une saillie dans le corps du bâtiment qui constitue l’entrée principale de la maison. Il est d’usage, dans l’architecture domestiques des guerriers, que le genkan soit la partie extérieure la plus travaillée et majestueuse de la maison, avec un pignon chinois dit karahafu 唐破風 en japonais, qui doit matérialiser le statut du samouraï (les plus petits vassaux n’ont ni le droit, ni les moyens, de construire ce type de structure). Si l’on observe le plan de la maison, on remarque que c’est un bâtiment barlong (12,5 ken (22,5 mètres) de long et 5 ken (9 mètres) de large, situé au centre de la parcelle, et qui est composé de deux parties principales. À droite se situe la partie réservée aux invités et au maître, et à gauche se trouvent les pièces de vie quotidienne réservées à la famille et aux domestiques. Cette séparation est caractéristique de l’habitat des guerriers, dans lequel l’étiquette doit être formellement respectée.

Façade avant de la maison (zone des invités)

Façade avant de la maison (zone des invités)

La zone des invités et du maître contient cinq pièces principales : shikidai no ma 式台の間 (entrée), ni no ma 二の間 (pièce secondaire), ichi no ma 一の間 (pièce principale de réception), ima 居間 (pièce de vie du maître) et butsuma 仏間 (pièce où l’on installe l’autel bouddhique, et où le guerrier procède au seppuku). Le shikidai no ma est une pièce simple de 8 tatamis qui contient un agetoko 上床, alcôve surélevée, avec un trou horizontal dans le mur supérieur, qui permettait au guerrier de retirer le protection de sa lance rapidement en cas d’attaque soudaine. La plus belle pièce de la maison est l’ichi no ma (8 tatamis), qui contient un tokonoma 床の間 et un tsuke shoin 付書院 avec une fenêtre en ogive appelée katōmado 火灯窓. Les pièces ichi no ma et ni no ma (13 tatamis) sont séparées par des fusuma et un ranma en partie haute d’une grande simplicité géométrique, appelée kōzukumi ranma 香図組欄間. C’est ici que le maître reçoit ses invités, face à un petit jardin organisé autour d’un point d’eau (aujourd’hui sec). C’est de l’autre côté de ce jardin que se trouve la porte d’entrée réservée au maître des lieux. Une simple porte en bois, appelée onari mon 御成門, sur laquelle on peut voir le blason de la famille Kinoshita hérité de Toyotomi Hideyoshi : le paulownia, appelé en japonais goshichi no kiri 五七桐. Une pièce de thé est installée dans le nagaymon et donne sur le jardin avant, ce qui signifie que c’est un espace à l’usage exclusif des invités et du maître.

De l’autre côté se trouve la zone à l’usage de la famille, où l’on retrouve l’entrée, la cuisine, la pièce de vie appelée cha no ma 茶の間, les sanitaires et deux greniers. Ces espaces sont très simples et ne comportent aucun élément décoratif fixe. La famille a également une porte d’accès à la parcelle réservée, qui se trouve sur le côté de la parcelle, et non sur la façade principale comme celles des invités et du seigneur. La pièce du nagayamon qui donne sur cette zone est la pièce où vit le domestique de la maison.

Vue depuis la rue, entrée réservée à la famille

Vue depuis la rue, entrée réservée à la famille


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *