Jardin Gyokusen-in maru玉泉院丸庭園: l’ouverture au public d’un jardin de daimyō à Kanazawa

Vue du jardin Gyokusen-in maru depuis le sud-est

Le 7 mars 2015, la ville de Kanazawa inaugurait l’ouverture d’un jardin de l’époque d’Edo (1603-1868), appelé Gyokusen-in maru, reconstruit entièrement d’après fouilles archéologiques et sources historiques. Une semaine plus tard (14 mars), c’est la grande compagnie ferroviaire japonaise Japan Railway (JR) qui célébrait l’inauguration de la ligne du Shinkansen hokuriku (train à grande vitesse nippon) reliant la ville de Nagano à Kanazawa. À cette occasion, le château, le jardin Kenrokuen et le nouveau jardin Gyokusen-in maru ont fait l’objet d’illuminations, mettant en valeur ce patrimoine exceptionnel de l’époque pré-moderne.


RECONSTRUCTION D’UN JARDIN DE SEIGNEUR DE L’ÉPOQUE D’EDO

  • Son histoire     

Le jardin Gyokusen-in maru a été construit en 1634 par Maeda Toshitsune, le troisième seigneur féodal (daimyō) de la ville-sous-château de Kanazawa. Le nom « Gyokusen-in maru » provient du nom de l’épouse du deuxième daimyō Maeda Toshinaga, Gyokusen-in (quatrième fille du grand seigneur de guerre Oda Nobunaga), qui s’est construit une résidence à l’intérieur des remparts du château en 1614. La demeure fut démontée dix années plus tard suite à son décès, mais le nom de la résidente fut adopté pour désigner ce quartier de la forteresse. En 1634, Toshitsune invite un spécialiste des jardins de Kyōto, Kenzaemon (剣左衛門ou剣右衛門), pour y construire un jardin. Ce dernier fait alors transporter et acheminer des rochers de tailles imposantes et de formes singulières depuis tout le Japon pour la construction de ce jardin composé de pavillons, d’étangs et de collines artificielles. Plus tard en 1661, c’est le cinquième daimyō Maeda Tsunanori qui entreprend des travaux et en confit la direction à un maître de thé du clan, Sen no Sōshitsu (千宗室). Le jardin est alors composé d’un champ de fleurs, d’un pavillon de thé avec son propre jardin, d’un bureau officiel pour la construction des jardins (露地役所rojiyakusho), et d’un bâtiment où l’on conservait la glace (氷室himuro). Enfin, le treizième daimyō Maeda Nariyasu construit en 1832 un lieu de repos abrité du soleil par une ombrelle (唐傘亭karakasa-tei), puis une cascade en 1856.

Avec la restauration de Meiji (1868) et l’abolition de la féodalité, nombreux furent les jardins, habitations et bâtiments de la classe des guerriers, désormais supprimée, brûlés ou démontés. Leurs matériaux et terrains sont utilisés à des fins nouvelles, servant souvent le nouveau gouvernement. Ainsi, le jardin Gyokusen-in maru est détruit, ses pierres démontées pour la construction d’une statue glorifiant Meiji dans le jardin Kenrokuen, et son terrain utilisé pour construire la résidence d’un érudit hollandais invité à Kanazawa. En 1965 la préfecture d’Ishikawa construit un gymnase sur ces vestiges et le démoli en 2008, permettant ainsi le démarrage des travaux de fouilles du jardin pré-moderne qui durèrent cinq années. Les travaux de reconstruction débutent en 2013, en s’appuyant donc sur les résultats des fouilles archéologiques mais aussi sur des cartes historiques représentant le jardin dans son état primitif. Conservant son nom originel, le jardin Gyokusen-in maru est ouvert au public en mars 2015.

Vue du jardin depuis l'accès supérieur

Vue du jardin depuis l’accès supérieur

  • La composition du jardin    
Plan du jardin Gyokusen-in maru

Plan du jardin Gyokusen-in maru – © Ishikawa Prefecture

Construit entre deux strates de murs fortifiés de l’enceinte du château, le terrain du jardin est situé en contrebas de la partie centrale et principale de la forteresse où se trouvent les vestiges architecturaux (les deux nagaya ainsi que la porte Ishikawa mon). Ainsi, lorsqu’il arrive depuis le plateau supérieur, le visiteur surplombe l’espace paysager et peut en admirer l’ensemble. Cette particularité topographique confère au jardin un aspect sculptural original. La composition et la volumétrie de l’espace peut en effet être appréhendée d’un regard, ce qui fait du Gyokusen-in maru un jardin atypique. Il se démarque en effet des jardins de daimyō dits de promenade, qui se laissent découvrir au fil de la promenade, à l’instar de son fameux voisin le Kenrokuen. Les murs maçonnés des fortifications bordant le nord-est et sud-est du jardin servent d’arrière plan minéral grandiose, rythmé par la géométrie et la disposition des pierres de tailles. Le dénivelé est par ailleurs mis en valeur par une cascade dont l’arrangement de pierres a été reconstitué d’après les vestiges archéologiques découverts. L’eau se verse dans un étang, situé au point le plus bas du terrain, et au milieu duquel sont construites trois îles de tailles différentes. Plantées de pins et présentant un léger relief, cet ensemble n’est pas sans rappeler les trois îles des immortels taoïstes. Versés dans les cultures chinoises et japonaises classiques, les guerriers de l’époque d’Edo sont de grands érudits et connaissent parfaitement les symboles utilisés dans l’art des jardins, souvent puisés dans la littérature. Une rive de galet est également aménagée, et les îles sont accessibles par cinq ponts, deux de terre, deux de pierre, et un de bois. Par ses dimensions et sa composition (le terrain fait un hectare), le jardin Gyokusen-in maru rappelle les jardins des résidences de style shinden-zukuri construites à la capitale impériale Heian (aujourd’hui Kyōto). Malgré ses dimensions modestes, le jardin est composé d’un vocabulaire paysager complet (étang, cascade, ponts de natures différentes, ponton, berge), lui donnant ainsi l’aspect d’un paysage miniaturisé. Un bâtiment de repos a été construit pour accueillir les touristes mais n’est pas une reconstitution historique. Il permet d’admirer le jardin à l’abri depuis le bas du jardin, offrant un point de vue panoramique sur son ensemble, avec comme arrière-plan les différentes strates des fortifications.

  • Considérations sur les reconstructions patrimoniales   

Nous l’avons dit, le jardin Gyokusen-in maru renaquit de ses cendres il y a quelques semaines. La ville de Kanazawa n’a pas hésité à démolir un bâtiment existant (le gymnase préfectoral) pour entreprendre des fouilles archéologiques et ramener à la vie un jardin du XVIIe siècle. Cette intervention radicale pose des questions sur la considération et la gestion du patrimoine architectural et paysager. La conservation et la valorisation du patrimoine sont des enjeux majeurs pour le développement urbain et économique des villes contemporaines, mais la reconstruction totale d’espaces ou bâtiments disparus est-elle pertinente d’un point de vue historique et scientifique? Cette question fait débat dans de nombreux pays, et y apporter une réponse définitive serait inapproprié. En France, le projet de reconstruction du palais des Tuileries (construit au XVIe siècle par Catherine de Médicis et détruit à la fin du XIXe par les communards), qui venait fermer la cour Napoléon entourée par trois côtés du musée du Louvre, fait débat depuis longtemps et a été récemment relancé. Depuis 2002, le Comité National pour la Reconstruction du Palais des Tuileries soutient le projet d’une reconstruction à l’identique du bâtiment sur fonds d’investissements privés, défendant son importance dans l’histoire française et européenne. Le Comité Français d’Histoire de l’Art s’est quant à lui opposé fermement à ce projet en 2009, estimant que « les reconstructions sont un danger pour le patrimoine ». Les historiens de l’art et de l’architecture sont en effet quasiment tous unanimes sur l’ « invraisemblance » de tels projets, qui « ne sont rien d’autre que des faux en architecture, comme il peut exister des faux en peinture ». La question du pastiche est évidemment au cœur du sujet. Ils poursuivent : « Elle va à l’encontre de tous les principes et de toutes les règles de conservation et de protection du patrimoine jusque-là admis en France. Il nous paraît aujourd’hui urgent de cesser de s’intéresser à ce qui n’existe plus, et de concentrer nos efforts sur les monuments historiques existants, dont beaucoup sont aujourd’hui en péril. ». L’investissement financier qu’entraînent ces projets est évidemment au cœur du débat, et les historiens s’interrogent sur le bien-fondé d’une reconstruction alors que tant de monuments historiques nécessitent des travaux de rénovation.

Les questionnements présentés ici sont-ils valables pour les espaces paysagers ? Les jardins, par nature, sont des espaces composés de matières vivantes, des arbres et des plantes qui poussent, changent d’aspect avec le temps et meurent. Peuvent-ils ainsi faire l’objet de « faux » à l’instar des peintures et des bâtiments dénoncés par les historiens ?  En Eure-et-Loir, le jardin du château de Maintenon a été restauré à l’occasion du 400ème anniversaire du célèbre jardinier de Louis XIV, Le Nôtre. Dessiné par ce dernier en 1676, ce jardin à la française a retrouvé son aspect originel en 2013 grâce à des plans conservés à la BNF. Cette intervention a reçu un accueil positif du grand public et permet d’augmenter l’attractivité touristique du château. Ainsi la reconstruction d’un espace paysager attaché à un bâtiment historique semble légitime car relève de sa restauration et non d’une nouvelle construction historique, contrairement au cas qui nous intéresse ici. Au Japon, l’authenticité des matériaux n’est pas un critère pour identifier l’origine temporelle d’un édifice. Ainsi, la notion de « faux » peut difficilement être appliquée. Rappelons en effet, que l’un des plus vieux bâtiments japonais, le sanctuaire Ise jingū伊勢神宮, est reconstruit tous les vingt ans avec des matériaux neufs, tout en respectant les techniques de constructions ancestrales. Cet exemple fameux illustre bien le rapport des japonais au bâti. Plus que le matériau, c’est la forme et la technique qui importe dans le patrimoine japonais, et les exemples de reconstructions contemporaines sont nombreux. Lors de la reconstruction d’un espace paysager, la forme et la technique seules peuvent être restituées à l’identique. En ce sens et selon la conception japonaise, le jardin Gyokusen-in maru ne constitue donc pas un « faux » mais bien un patrimoine du XVIIe siècle. D’un point de vue scientifique et historique, la reconstruction du Gyokusen-in maru permet de présenter au public un jardin aux caractéristiques particulières qui se démarque des jardins historiques existants et de diffuser les connaissances sur les jardins japonais. Cependant, nous pouvons nous interroger sur la nécessité de réaliser ce projet ambitieux, alors que la ville peine à conserver et à entretenir son « petit » patrimoine pré-moderne de résidences éparpillées dans la ville et qui tendent à disparaître.

  • Mise en valeur du patrimoine guerrier de Kanazawa

Le patrimoine architectural de Kanazawa témoigne aujourd’hui d’un passé féodal où la société était dominée par la classe des guerriers, les bushi武士. L’inauguration de la ligne Shinkansen Hokuriku, qui facilite l’accès à Kanazawa depuis la capitale Tōkyō, a été l’occasion pour la municipalité de lancer un projet d’illuminations de ce patrimoine exceptionnel. À la nuit tombée, les lieux fréquentés autrefois par les daimyō Maeda que sont le jardin Kenrokuen, le château ainsi que le jardin Gyokusen-in maru se parent de mille feux. En ce début de printemps, les branches des pins du jardin Kenrokuen sont toujours suspendues par des cordes tendues, appelées yukizuri雪吊り. Ce système, utilisé à l’origine pour soutenir les branches des pins du poids de la neige durant l’hiver, est devenu un élément esthétique saisonnier à part entière. Les illuminations parent ainsi les arbres de cordes dorées qui scintillent dans tout le jardin. Les murs immaculés du château se détachent quant à eux du ciel sombre et révèlent la splendeur de l’architecture des châteaux japonais. Le jardin Gyokusen-in maru est quant à lui le théâtre d’un spectacle son et lumière. Les murs de pierres de taille deviennent l’écran d’une projection d’un jeu de lumières colorées, qui en ce printemps 2015, a pour thème les cerisiers en fleur. Accompagné d’une bande sonore de musique traditionnelle japonaise, la mise en lumière met également en valeur les plantations, les ponts et les aménagements du jardin. Bien connus en France depuis quelques années, les spectacles « son et lumière » ont un franc succès auprès du grand public. Ceux-ci sont d’ailleurs le plus souvent effectués sur les façades de bâtiments historiques, comme par exemple l’arc de triomphe au nouvel an dernier. Ces spectacles attirent évidemment de nombreux touristes, mais permettent également aux habitants des villes de redécouvrir leur patrimoine et de le faire revivre en accueillant des projets artistiques et culturels contemporains. Ci-dessous des photographies prises au mois de mars dernier illustrant ce « light-up ».


  • Informations pratiques

L’entrée au jardin Gyokusen-in maru est gratuite. L’entrée aux « light-up » du jardin Kenrokuen, château et Gyokusen-in maru  est gratuite et commence au coucher du soleil jusqu’à 21h (pour information: en journée l’entrée au Kenrokuen est payante).

Calendrier du « light-up » :

– Jardin Gyokusen-in maru et château : tous les week-ends jusqu’à la fin du mois de septembre (ainsi que les 19 juin et 21, 22 septembre 2015)

– Jardin Gyokusen-in maru, château et jardin Kenrokuen :  28-29-30 avril, 1-2-3-4-5-6 mai, 5-6-7 juin, 18-19-20 mai 2015

Thème du printemps : « Cerisiers »

Thème de l’été : « Festivals »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *